RDC: Au moins 13 personnes dont 5 enfants tuées dans l’explosion d’une bombe larguée par l’armée rwandaise à mugunga

RDC: Au moins 13 personnes dont 5 enfants tuées dans l’explosion d’une bombe  larguée par l’armée rwandaise à mugunga
Un camp de déplacés de l’agression rwandaise près de Goma, au nord-Kivu.

Au moins 13 personnes ont été tuées ce vendredi dans un camp de déplacés près de Goma dans l’explosion d’une bombe larguée par l’armée Rwandaise.

D’après le porte-parole de l’armée dans cette province, le lieutenant -colonel N’djike KAIKO Guillaume, ce crime fait suite à la destruction par les FARDC, des dépôts d’armements et munitions de l’ennemi en profondeur de la cité de sake.

« Tôt le 30 avril 2024, les FARDC ont lancé des offensives contre les positions de l'armée rwandaise et de ses alliés du #M23 en profondeur de Sake. Ces offensives ont permis la destruction des dépôts d'armements et de munitions de l'ennemi », a déclaré le porte-parole provincial de l’armée.

D’après cet officier de l’armée loyaliste , les explosifs ont été lancés sur le camp de déplacés de Mugunga en guise de représailles.

« le M23/RDF a ciblé le camp des déplacés de Mugunga, causant ainsi la mort de 5 personnes, en particulier des enfants qui jouaient dans la cour », a précisé le lieutenant colonel Ndjike Kaiko.

Dans un tweet posté sur X, le porte-parole du gouvernement condamne ce crime causé par l’armée Rwandaise.

« Comme devenu coutume, l’armée rwandaise RDF et ses supplétifs terroristes du M23 dans leur barbarie habituelle ont une nouvelle fois attaqué un camp des déplacés. Au camp des déplacés de #Mugunga ce matin, l’horreur dans sa forme la plus grave ! Une bombe sur des civils, des morts, des enfants ! Nouveau crime de guerre !  Images insoutenables ! Nous documentons ! Le temps de la justice va arriver. », a écrit Patrick Muyaya.

Les RDF qui soutiennent les rebelles du M23 dans l’Est de la RDC sont auteurs de plusieurs massacres et crimes contre l’humanité depuis plus de deux décennies.

Malgré les preuves tengibles présentées par le gouvernement congolais aux instances internationales, aucune sanction n’a été prise jusque-là contre le régime de Kigali.

Plusieurs personnalités politiques et celles de la société civile soutiennent la thèse d’un complot international contre la RDC.

Cette rébellion a causé la mort de plusieurs centaines de civils et le déplacement de plus de deux millions de ménages vivant dans des camps près de Goma .